L'ESIR accueille des sportifs de haut niveau

A l'ESIR, des étudiants sportifs de haut-niveau concilient études et pratique sportive intensive
Samuel Le Dean étudiant ESIR et sportif haut niveau

Témoignage de Samuel Le Dean

"Je fais du kayak slalom, c'est une discipline de kayak où on descend une portion de rivière en franchissant des obstacles qui sont matérialisés par des "portes" (deux bâton suspendus à un câble). C'est un contre la montre et une manche dure 1minute 30 environ. J'évolue actuellement en nationale 2 avec un objectif d'être en nationale 1 d'ici deux à trois ans. Pour atteindre cet objectif, je m'entraîne quasiment tous les jours en temps normal. Ma discipline requiert des qualités physiques et techniques, c'est pourquoi l'entraînement sur l'eau n'est pas suffisant, et qu'il est important de passer du temps en musculation. Chaque "stade d'eaux vives» (lieu de pratique du slalom) est différent, je dois donc souvent partir sur d'autres lieux en France ou même à l'étranger pour progresser au mieux et élargir ma gamme de navigation. De même sur les compétitions, je dois partir en avance sur place afin d'appréhender le bassin et d'y prendre mes marques.

Le statut SHN (Sportif de Haut Niveau) me permet d'être excusé pour mes absences lorsque je pars sur les compétitions. Mes entraînements ayant lieu le soir, je n'ai pas besoin d'un aménagement d'emploi du temps. Comme dit précédemment, la reconnaissance du bassin est indispensable pour avoir une chance de performer sur une compétition. Avoir ce statut SHN est ainsi très pratique, mes entraînements durant la semaine seraient sinon inutiles.

Je n'ai pas trop de difficultés à allier le kayak et les cours et mon emploi étudiant les samedis. J'ai juste du réduire les soirées avec mes amis de l'école pour aller m'entraîner. Si un contrôle continu est prévu alors que je dois être en déplacement pour une compétition, les professeurs sont très compréhensifs et me le font rattraper après coup.

La crise sanitaire covid m'empêche de m'entraîner en eaux vives et de travailler en salle de musculation. Je me suis équipé pendant le premier confinement d'un peu de matériel afin de pouvoir m'entraîner chez moi, et j'ai ramené mon kayak dans mon garage, n'habitant pas loin de la Vilaine. Le plus dur est de garder la motivation à s'entraîner malgré que l'on n'ait plus de partenaires lors des entrainements. Les cours sont aussi plus impactés par le covid. La charge de travail augmente et les contrôles sont plus rapprochés entre eux.

Mais comme je suis confiné, je fais des séances physiques plus courtes mais plus régulièrement, ce qui permet de garder le cap sur le plan scolaire."

 

Témoignage de Guillaume Lemarchand

"Je fais du kayak polo depuis 2015. C’est un sport d’équipe où 2 équipes de 5 (et 3 remplaçants) s’affrontent lors de matchs de deux fois dix minutes. L’objectif est de mettre le ballon dans un but suspendu à 2 mètres de haut. J’évolue actuellement dans l’équipe CKC Acigné en Nationale 1. Nous avons fini à la troisième place la saison dernière. J’ai également été sélectionné en équipe de France des moins de 21 ans pour jouer les championnats d’Europe, où nous avons fini 5ème.

Mes objectifs pour la saison prochaine sont assez simples, champion de France avec mon club et champion du monde et d’Europe avec l’équipe de France des moins de 21 ans.

Bien évidemment concilier les études, l'entrainement et la vie sociale ne sont pas toujours facile, mais c’est faisable. Ne souhaitant pas bénéficier d’un aménagement quelconque pour les cours, je m’entraine donc tous les soirs de la semaine et durant certaines périodes le matin également afin d’avoir deux entrainements par jour. La seule chose que me permet l’école est de pouvoir m’absenter lors des différentes compétitions. 

Et conclusion, la "covid19" a bien entendu un fort impact sur mon sport, je prends juste mon mal en patience en essayant de m’entrainer différemment (vidéos, mobilité, mental...) en attendant de pouvoir reprendre à 100% la préparation de la saison prochaine."

 

 
 
guillaume Lemarchand Kayak polo - de 21 ans